En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies

Sentinelles de la Nature
______

 

 
Connaissez-vous Sentinelles de la Nature ?

Sentinelles de la Nature est un outil de veille environnementale déployé par France Nature Environnement depuis 2017 dans 13 régions françaises. C’est une cartographie participative qui mobilise la population autour des enjeux environnementaux. En un coup d’œil, la plateforme informe en temps réel les citoyens de l’ampleur des pratiques dégradantes ou vertueuses pour l’environnement sur l’ensemble du territoire.

Toutes les thématiques environnementales y sont représentées. L’objectif est de rendre visibles les actions portant atteinte à l’environnement, mais également les initiatives qui lui sont favorables.
La dégradation ou l’initiative peut concerner n’importe quel milieu naturel du territoire francilien (sol, air, vivant, eau), en forêt comme en ville.

La plateforme répertorie également des événements, actualités ou documents utiles. Véritable base de données à l’échelle nationale, Sentinelles de la Nature permet également de faire un constat de l’état de l’environnement en France. 

 Sentinelles de la nature site petit

 

L'origine de l'outil Sentinelles de la Nature

La naissance du projet sentinelles est liée au développement de l’action de veille écologique des associations du mouvement FNE, dont l’objectif est de prévenir, résorber les atteintes à l’environnement, voire obtenir la réhabilitation de milieux naturels détruits.

En 2015, la Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature (FRAPNA) élabore une interface cartographique participative de signalement des atteinte à l'environnement afin de renforcer son action de veille écologique. Très rapidement, la Fédération de la Région Auvergne pour la Nature et l'Environnement (FRANE) a rejoint le projet et a impulsé un travail sur le développement d’un volet « initiatives favorables à l’environnement ».

En 2017, en vue de déployer le projet à l’échelle nationale, FNE et les associations à l’initiative du projet ont développé une nouvelle version de l’interface cartographique. Son objectif est de couvrir l'ensemble du territoire national.

Boutons site web

Comment marche la plateforme Sentinelles de la Nature ?

Pour devenir sentinelle, il suffit de créer un compte et de renseigner les informations relatives à l'événement dont on a été le témoin. Ces données sont ensuite transmises à l'association référente sur le territoire qui décidera des suites à donner au signalement, pouvant aller jusqu’à des recours contentieux en cas d’atteintes graves.

La plateforme Sentinelles de la Nature est disponible sur internet (www.sentinellesdelanature.fr) ou sous forme d’application téléchargeable sur IOS ou Android. Grâce à l’application, il est possible de faire un signalement en temps réel !


Le rôle de France Nature Environnement Ile-de-France

L’équipe Sentinelles de la Nature met les citoyens en relation avec les associations locales et les autorités compétentes, conseille les citoyens dans leurs démarches administratives et judiciaires et actualise les fiches de signalement pour leur fournir un suivi des actions engagées afin de résoudre la dégradation ou obtenir réparations. La diversité et le degré de détail des signalements effectués sur l’application en font un outil de veille environnementale complète.


Il nous tient à coeur de pouvoir accompagner les citoyens et de les encourager à agir pour la protection de l’environnement. Tou.te.s les Francilien.ne.s peuvent ainsi devenir sentinelles !

A ce jour en Ile-de-France, plus de 250 sentinelles ont signalé un événement influençant l’environnement.

Boutons site web2


 L'équipe Sentinelles en Ile-de-France
______

 

 

Mais qui se cache derrière Sentinelles de la Nature en Ile-de-France ? Maxime et Elsa répondent à nos questions !

 

Maxime Colin - Référent régional de Sentinelles de la Nature

Bonjour Maxime ! Quel est ton rôle à FNE Ile-de-France et plus particulièrement pour Sentinelles de la Nature ?

Je suis référent régional de Sentinelles de la Nature et chargé à ce titre de déploiement puis du développement de l’outil en Ile-de-France.
Cela consiste, au travers du traitement des signalements, à mener une réflexion sur chaque nouveau type de signalement, pour développer des méthodes d’action efficaces tout en prévoyant des outils pédagogiques (fiches juridiques, campagnes d’actions, ateliers sentinelles) pour diffuser ces méthodes au plus grand nombre.

J’essaie, par ailleurs, de développer progressivement un réseau francilien de référents Sentinelles à mêmes de traiter des signalements ainsi que de mettre les sentinelles en contact avec les associations locales qui peuvent les aider dans leurs combats.

 

BrowserPreview tmp 1

 

Quel est le signalement d’atteinte à l’environnement en Ile-de-France qui t’a le plus révolté ?

Sans doute celui de la station d’épuration d’Achères, qui est devenue tristement médiatisée depuis. En 2018, une bénévole d’une association adhérente a commencé à signaler l’ensemble des installations Seveso (les installations industrielles les plus dangereuses et les plus règlementées) qui étaient régulièrement mises en demeure (sanction administrative par l’Administration) parce qu’elle ne respectaient pas la règlementation. L’un de ces signalements était celui du SIAAP, qui est la station d’épuration qui traite 60% des eaux usées d’Ile-de-France, qui avait été mis en demeure à 4 reprises, ne serait-ce qu’en 2018. Ce signalement m’avait interloqué. Quelques mois plus tard, un incendie survenait sur le site ravageant une partie importante de l'installation. C’était l’une des plus grave catastrophe industrielle d’Ile-de-France des dernières décennies, qui a impacté la qualité de l’air (l’incendie s’est déclaré dans le local de stockage de chlorure ferrique qui est un produit très toxique à la combustion) et les capacités de traitement des eaux usées de la station pendant les 5 années à venir (ce qui implique des épisodes réguliers de rejets polluants dans la Seine). Bien sûr, le signalement Sentinelle ne pointait pas directement la cause de cet incendie, et ne l’a pas empêché, mais je le trouve très révélateur d’une volonté de compréhension et de contrôle par les citoyens des installations les plus dangereuses de leur territoire, pour empêcher les négligences qui conduisent régulièrement à des catastrophes écologiques et sanitaires. Sentinelles de la Nature peut contribuer à cette vigilance citoyenne.

 

Quel est l’initiative positive pour l’environnement en Ile-de-France qui t’a le plus inspiré ?

Très récemment, on nous a signalé la Semaine de la lutte contre la pollution lumineuse organisée par le Parc naturel du Vexin, avec des sorties nocturnes, balades nature, observations astronomiques et des conférences pour présenter quelques mesures pour lutter contre les nuisances lumineuses. C’est un thème sur lequel nous travaillons beaucoup et qui n’est pas encore suffisamment maîtrisé par les collectivités et les entreprises, c’est donc très stimulant de découvrir les différentes initiatives, citoyennes ou non, qui fleurissent sur ce sujet.



Pourquoi l’application Sentinelles de la Nature est un indispensable à avoir sur son smartphone ?

Parce que c’est l’une des seules appli que je connaisse qui propose aux citoyens d’agir directement et concrètement contre les atteintes à l’environnement qui occupent leur esprit ou leur quotidien. Mais l’usage de l’application a aussi un intérêt pratique non négligeable par rapport à la version web : comme la sentinelle se trouve en général à proximité immédiate de l’atteinte à l’environnement qu’elle veut signaler, elle va pouvoir en prendre une photographie et la charger directement sur le signalement. De cette manière, le signalement est effectué immédiatement et on limite la possibilité d’avoir une erreur sur sa localisation. La bonne localisation et le fait de disposer d’une photo de l’atteinte facilite beaucoup le traitement des signalements en aval.

 

Quelle est ta promenade nature favorite en région Ile-de-France et pourquoi ?

C’est intéressant de se balader dans les forêts du PNR de la Haute vallée de Chevreuse et surtout le long de l’Yvette. Il suffit d’aller jusqu’au terminus de la ligne B, à Saint-Remy-les-Chevreuses et je trouve qu’on passe comme un sas, le chemin de fer s’y arrête net et se voit prolongé par une plaine agricole et forestière. Après toute ce qu’on a pu voir sur le chemin du RER en matière d’infrastructures et de densité urbaine, c’est comme si on respirait à nouveau.  

Mais je vais plus régulièrement me promener dans le parc du Vexin français, et le long de la Seine au Nord de Paris. Il y a des endroits presque sanctuarisés où les berges de la Seine semblent très préservées et calmes, avec une nature luxuriante … on oublie presque qu’il y a des infrastructures portuaires à quelques centaines de mètres.

 

203843DB EEBF 490A 9F84 8EBDC6097813

 

Selon toi, comment les francilien.nes peuvent-ils s'engager davantage pour l’environnement ?

Dans la mesure où le mépris de l’environnement est un problème structurel, il est peu aisé pour une personne d’avoir le sentiment d’agir de manière significative sur l’environnement, notamment au travers de ses gestes quotidiens. Pourtant, il me semble que c’est en s’appropriant la question écologiques, en découvrant ses enjeux, ses acteurs et sa législation, que les citoyens peuvent changer les choses.

L’écologie et le droit de l’environnement ont beau avoir un aspect très technique et difficile d’accès, ça ne doit jamais rester une question d’experts. En prenant connaissance des quelques éléments de base du militantisme écologique (qui contacter dans quel cas, quelles institutions sont compétentes pour tel type d’atteinte, quand et comment faire un recours, comment mobiliser, quelles sont les bonnes pratiques environnementales, les exemples de bonnes mobilisations etc.) on peut assez rapidement changer les choses. Intégrer le tissu associatif ou utiliser les Sentinelles de la nature est un moyen de se former pour parvenir à cet objectif.

 

Elsa Touzard - Animatrice réseau Sentinelles de la Nature

Bonjour Elsa ! Quel est ton rôle à FNE Ile-de-France et plus particulièrement pour Sentinelles de la Nature ?

Je suis en service civique chez FNE Ile-de-France depuis le mois de juillet 2020. Mon rôle est d'animer le réseau Sentinelles de la Nature, tout mon temps est donc consacré à cela !

Concrètement, je publie les signalements et réponds aux Sentinelles pour les orienter dans leurs démarches, grâce à l’expertise juridique de Maxime. Lorsque les associations adhérentes de la fédération se positionnent contre un grand projet inutile et imposé, je rédige moi-même une fiche de signalement pour mettre en avant leur travail et mobiliser un maximum de citoyens autour de ce combat. Mais faire vivre cette plateforme, organiser des formations sur des enjeux spécifiques, concevoir des campagnes de sensibilisation du public, établir des partenariats pour développer l’outil, c'est un vrai travail d’équipe !

 

Sentinelle Elsa 2

 

Quel est le signalement d'atteinte à l'environnement en Ile-de-France qui t'a le plus révoltée ?

Il nous a été signalé une décharge illégale de déchets au fort de Vaujours, en Seine-et-Marne (77). Les déchets sauvages constituent la dégradation environnementale la plus commune en Ile-de-France mais dans ce cas-là, c'est une véritable mer de déchets du bâtiment sur une quinzaine d’hectares. S’y retrouvent des matériaux extrêmement toxiques, alors que ce site historique est déjà concerné par une pollution radioactive du fait d’essais nucléaires réalisés par le Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA) depuis les années 1950. Un projet d'exploitation à ciel ouvert du gypse présent dans les sous-sols du fort est aussi en cours d'installation, ce qui pourrait potentiellement libérer des particules polluées. On a presque l’impression que le site est maudit... Il y a de quoi révolter ! Nos associations se démènent depuis plusieurs mois pour obtenir une réaction des pouvoirs publics au problème des déchets sauvages et réclament que la carrière reste souterraine.

 

Quel est le signalement d’initiative positive pour l'environnement en Ile-de-France qui t’a le plus inspirée ?

Nous recevons régulièrement des appels de personnes cherchant à venir en aide à un animal sauvage en détresse. Il existe plusieurs centres de sauvegarde habilités à accueillir la faune sauvage en Ile-de-France et ils sont tous répertoriés sur la cartographie Sentinelles de la Nature. L'hôpital vétérinaire de Maisons-Alfort (94) par exemple, recueille, soigne et relâche 6000 animaux sauvages chaque année ! Leur action est essentielle à la conservation des espèces et à la protection de la biodiversité, et encourage à prendre conscience de notre environnement et de l'impact que peuvent avoir nos activités.

 

Pourquoi l'application Sentinelles de la Nature est un indispensable à avoir sur son smartphone ?

Lors de balades en nature, on peut tomber face à un monticule de déchets, à une pollution de cours d'eau, un projet immobilier responsable d'un défrichement, et il faut agir vite. L'application Sentinelles de la Nature permet de renseigner sur place toutes les informations relatives à cet événement. Vous prenez une photo, indiquez la localisation et rédigez une courte description, puis vous envoyez. Rien de plus facile ! Aujourd'hui, s'engager concrètement pour la nature, c'est veiller à son respect en permanence, où que l’on soit.

 

Quelle est ta promenade nature favorite en région Ile-de-France et pourquoi ?

Un après-midi de balade et d'escalade dans la forêt de Fontainebleau car j’en ai de jolis souvenirs d’enfance ! Les gros rochers qui parsèment la forêt en font un terrain de jeu unique pour les enfants comme pour les grimpeurs confirmés. C'est une forêt très dense et on a vite l'impression d'être loin de tout, alors qu'elle n'est qu'à une heure de Paris. L'endroit parfait pour jouer les aventuriers en ces temps de home office ;)

 

Sentinelle Elsa

 

Selon toi, comment les francilien.nes peuvent-ils s'engager davantage pour l’environnement ?

On est nombreux à se dire qu'on ne fait pas suffisamment pour l'environnement, mais c'est parfois difficile de savoir comment s'engager à son échelle, autrement qu'en réduisant au maximum son empreinte carbone. Pour participer à la veille environnementale au niveau local, Sentinelles de la Nature est la plateforme idéale, toujours à portée de main. Il est aussi bon de s'informer régulièrement sur la situation au niveau national. Notre magazine Liaison est un bon exemple de source fiable sur le sujet. L'étape suivante c’est de signer des pétitions, contacter nos députés et participer aux manifestations pour donner de la visibilité à certains enjeux. Enfin, soutenir les initiatives positives qui se multiplient, dans tous les secteurs, en les signalant sur Sentinelles ou par le bouche-à-oreille tout simplement !

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter