En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies

ÉLECTIONS DÉPARTEMENTALES : QUEL AVENIR POUR LE SECTEUR AÉRIEN ?

Enquête

______

Dans le cadre des élections départementales en Ile de France, nos associations ont souhaité recueillir la position des candidats des territoires concernés (Val d’Oise, Yvelines, Seine et Marne et Seine Saint Denis) sur l’avenir de la plateforme aéroportuaire de Roissy après l’abandon du Terminal 4, ainsi que sur l’évolution du trafic aérien en Ile-de-France. Pour cela, un questionnaire leur a été envoyé par e-mail.

Cette question est d’autant plus centrale que le trafic aérien en Ile-de-France pose des questions cruciales en termes de santé publique (jusqu’à 3 années de vie en bonne santé perdues sous les couloirs aériens de Roissy à cause du bruit[1]) et en termes d’emplois (90 000 salariés sur cette plateforme aéroportuaire). De plus, malgré l’annonce de l’abandon du Terminal 4 par le gouvernement en février dernier, le président d’ADP a depuis déclaré travailler sur un nouveau projet de Terminal 4 qui verrait le jour d’ici deux ans, sans remettre en cause les perspectives de trafic du projet initial[2].

Le sujet mobilise aussi beaucoup les Franciliens : 45 000 personnes ont signé la pétition[3] contre une extension de l’aéroport de Roissy, et la majeure partie (44%) se dit opposée à tout projet d'agrandissement de cet aéroport[4].

Cet article présente les réponses obtenues à notre questionnaire. Il n’a pas pour vocation de mettre en avant les positions sur le sujet défendues par les signataires du document, mais d’informer les électeurs sur l’opinion des candidat.es sur ce sujet majeur pour l’avenir de l’Ile de France.

Signataires : Collectif Non au T4, Advocnar, France Nature Environnement IDF, Alternatiba Paris, Greenpeace Paris, les Amis de la Terre Paris et Val d’Oise, MNLE 93, Notre Affaire à Tous.

 

Synthèse

Parmi les candidats ayant répondu au questionnaire, on observe une quasi-unanimité en faveur d’une limitation du trafic aérien francilien. Tous les répondants reconnaissent l’impact néfaste du trafic aérien sur l’environnement et la santé des franciliens (bruit, pollution atmosphérique), et plus de 90 % sont favorables à un plafonnement des vols au niveau de 2018-2019 ainsi qu’à la mise en place d’un couvre-feu comme c’est actuellement le cas à l’aéroport d’Orly. Une large majorité (93%) soutient même la nécessité de réduire progressivement le trafic aérien pour tenir l’objectif de +1,5 degrés défini par l’Accord de Paris, que ce soit à gauche ou à droite de l’échiquier politique.

Les candidats s’engagent majoritairement à prendre en main la question, une fois élu.e.s, en jouant des leviers permis par leur mandat départemental -  notamment en termes d’aménagement du territoire et d’influence auprès des autorités publiques et privées compétentes (la région notamment qui a la compétence de la formation et de l’emploi)- pour accompagner le secteur aérien et ses salarié.e.s dans le sens d’une transition écologique et sociale (diversification des activités hors aérien, sécurisation des emplois et aide à la reconversion des salarié.e.s).

A noter, Les Républicains est le seul parti dont aucun candidat n’a répondu au questionnaire.

 

Méthode et résultats détaillés

Méthodologie

L’objectif de notre démarche était de recueillir la position d’un maximum de candidats aux élections départementales concernant l’avenir de la plateforme aéroportuaire de Roissy, ainsi que du trafic aérien en Ile de France. Nous avons identifié 4 départements particulièrement concernés par ces questions, sur lesquels nous avons concentré nos efforts : le Val d’Oise, les Yvelines, la Seine et Marne et la Seine Saint Denis.

1ère étape - récupération des coordonnées : Dès la publication en préfecture des listes de candidats aux élections départementales par canton, nous avons récupéré un maximum d’adresses mail individuelles de candidats, et contacté les permanences locales de partis afin de leur demander de diffuser notre questionnaire à leurs candidats.

2ème étape - envoi du questionnaire : A la mi-mai, nous avons envoyé par mail aux adresses individuelles et aux permanences de partis un e-mail comportant notre argumentaire en faveur d’une limitation du trafic aérien en Ile de France, ainsi que le questionnaire ci -joint. Une première deadline a été donnée pour le 26 mai, puis étendue jusqu’au 3 juin où le questionnaire a été clôturé.

A cette date, nous avons récupéré 30 retours de candidats au questionnaire, dont le contenu est traité dans la partie résultats ci-dessous.

3ème étape - traitement des résultats : Nous avons rassemblé et synthétisé dans le document ci-dessous l’ensemble des 30 réponses récupérées.

Il est important de noter que certains destinataires, notamment EELV 95 ou la liste citoyenne “Ensemble pour nos villes” dans le canton de Deuil la Barre, nous ont répondu que l’ensemble de leurs candidats n’avaient pas souhaité répondre, étant donné que leur position sur le sujet est déjà clairement exposée dans d’autres documents de campagne. Certains candidats de ces partis ont également répondu à titre individuel.

Pour LFI, une réponse nous a été faite pour l’ensemble des candidats, mais plusieurs candidats nous ont aussi répondu en leur nom, chacune de ces réponses a donc été traitée individuellement. 

Nous insistons sur le fait que notre démarche est apartisane, le questionnaire a été envoyé aux candidats de tous bords sans aucune différenciation, et les réponses traitées également de manière neutre et objective. L’ensemble de nos associations est indépendant de toute organisation politique.

 

Résultats détaillés

  • Répartition statistique

Voici dans un premier temps une synthèse des 32 réponses apportées au questionnaire, analysées par géographie et orientation politique. L’ensemble des réponses est consultable intégralement ici.

Graphe_Depart.jpg

La répartition territoriale est très marquée : la majorité des répondants sont localisés dans le Val d’Oise, l’un des deux départements sur lesquels est situé l’aéroport Roissy Charles de Gaulle. Son avenir est donc un sujet de préoccupation central pour ses habitant.es et ses élu.es

La répartition des réponses par orientation politique est aussi marquée : la majorité des répondants se situe à gauche dans l’échiquier politique. Un seul candidat de la droite modérée ainsi qu’un seul binôme du Rassemblement National ont répondu. Aucun.e candidat.e identifié.e LREM n’a répondu au questionnaire.

Graphe_Pol.jpg

Légende :

Centre et droite regroupe Divers Droite et Liste de la Droite et du Centre

Gauche regroupe l’ensemble des partis visibles sur le graphique tout à droite

  • Les questions

Le questionnaire comportait 7 questions. Pour chaque question, il fallait dans un premier temps répondre par oui ou par non, puis les candidat.es étaient invité.es à étayer leur réponse. Les graphiques ci-dessous montrent la répartition des réponses pour chaque question, et les sections suivantes présentent une sélection de réponses détaillées. L’ensemble des réponses est accessible ici.

Questions_1.jpg

 Questions_2.jpg

Question 1 - Reconnaissez-vous l’impact négatif actuel de l’aéroport de Roissy sur le climat et la santé des populations survolées (bruit, pollution atmosphérique) ?

 

Oui

Non

Ne se prononce pas

31/31

0/31

0/31

EELV, Génération.s, LFI, PCF, Sans étiquette, Génération Ecologie, PS, Liste du centre et de la droite, DVD, RN

  

 

OUI « Habitant en Sud Seine et Marne, le confinement, du fait de la rareté des vols, a permis de se rendre compte que la nature a repris ses droits. Moins de passage, plus d'oiseaux...Les études montrent aussi que les vols contribuent au réchauffement climatique. Pour ma part, je pense que tous les vols nationaux dont le train est une alternative, doivent cesser. » Guillaume Depresle, LFI Seine et Marne

OUI « Le trafic aérien est un des moyens de transport les plus polluant par voyageur transporté, tant par le carburant consommé, les lâchers de carburant à l'atterrissage, les particules fines dans l'air que nous respirons, la fabrication des avions, et les nuisances sonores continues pour les personnes survolées, d'autant qu'il n'y a pas vraiment de répit, vivre fenêtres fermées pour trouver du calme est inacceptable. » Patricia Millot, EELV Yvelines

OUI « Le bruit est une des pollutions qui affecte immédiatement les riverains et impacte le bien-être et à terme provoque des déséquilibres psychologiques. La circulation engendrée par la plateforme qui attire voitures et camions s'additionne aux effluves de kérosène des avions. » Jérôme Durieux, Génération.s Val d’Oise

OUI “Les études sanitaires disponibles montrent clairement que les populations survolées par les avions sont en moins bonne santé que la moyenne” Cédric Sabouret, PS Val d’Oise

OUI “En tant qu’élus et habitants d’une circonscription impactée par l’aéroport de Roissy, nous mesurons les désagréments causés sur le quotidien de nos concitoyens, en particulier en matière d’exposition au bruit.” David Corceiro, Liste du Centre et de la Droite Val d’Oise

 

Question 2 : Etes-vous opposé. e à tout projet d’infrastructure (extension, aménagement) qui permettrait la croissance du trafic passager ou fret à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle, afin de protéger le climat et la santé des francilien.ne.s ?

 

Oui

Non

Ne se prononce pas

29/31

2/31

0/31

EELV, Génération.s, LFI, PCF, Sans étiquette, Génération Ecologie, PS, Liste du centre et de la droite, DVD

RN

 

 

OUI « Le sens de l'histoire va dans une diminution du transport aérien. Ce projet pose deux problématiques : l'augmentation du trafic et l'artificialisation des sols. Ce projet va à l'encontre des accords de Paris sur le réchauffement climatique. » Guillaume Depresle, LFI Seine et Marne

OUI “La crise climatique est déjà présente ici et maintenant. Outre les impacts sur la santé des habitant·es, toute augmentation du trafic aérien ne ferait qu'aggraver le réchauffement climatique. La France ne respecte déjà pas les accords de Paris de la COP 21 et une augmentation du trafic conduirait à s'en écarter encore plus.” Michèle Loup, EELV Val d’Oise

OUI « Nous ne sommes pas opposés à des investissements qualitatifs mais nous sommes opposés à des investissements visant à augmenter le nombre de passagers au-dessus de nos têtes, notamment le projet de T4. » Cédric Sabouret et Cécilia Toungsi-Simo, PS Val d’Oise

OUI “Cohérent avec nos positions, nous sommes contre la création du Terminal 4 et les vols de nuit à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle. Nous restons néanmoins favorables à la création d’infrastructures respectueuses d’un développement durable, conciliant les impératifs de développement économique, d’emploi et les enjeux écologiques. Par exemple, en permettant de structurer des modes de transport moins polluants et de nature à alléger l’impact de l’aérien, ou encore en déployant des solutions aériennes plus vertes.” Liste du Centre et de la Droite Val d’Oise

 

Question 3 - Êtes-vous contre l’augmentation du trafic aérien à Roissy au-dessus du niveau de 2018-2019 (soit 500 000 mouvements aériens/an) dans le cadre des infrastructures existantes ?

 

Oui

Non

Ne se prononce pas

29/31

1/31

1/31

EELV, Génération.s, LFI, PCF, Sans étiquette, PS, Liste du centre et de la droite, DVD, RN

Génération écologie

EELV*

* 1 répondant qui indique qu’il ne comprend pas la question

 

OUI « Il faut supprimer les liaisons aériennes courtes et les remplacer par des liaisons ferroviaires. » Julien Foucou, LFI Val d’Oise

NON Norman Novient, Génération Ecologie Seine et Marne

OUI “Il faut plafonner le nombre de mouvements par jour pour ne pas gêner les riverains de Roissy CDG” Abdelkrim Bourakba, EELV Val d’Oise

OUI « Avant la crise du COVID et ses conséquences sur notre comportement, on estimait que l’augmentation du trafic s’orienterait « naturellement » vers 600 000 mouvements/an. Il est donc important de résister et surtout de ne pas encourager cette augmentation éventuelle par des aménagements supplémentaires. » Philippe Métézeau, Sans étiquette Val d’Oise

OUI « Nous considérons qu’il convient de mieux répartir la charge et que la concentration sur un seul et même aéroport n’est pas une réponse viable au regard des enjeux de développement durable. Des alternatives existent, y compris dans des départements limitrophes. » Liste du Centre et de la Droite Val d’Oise

 

Question 4 - Etes-vous favorable à la mise en place d’un plafonnement et à l’instauration d’un couvre-feu à Roissy, comme c’est aujourd’hui le cas à Orly ?

 

Oui

Non

Ne se prononce pas

29/31

0/31

2/31

EELV, Génération.s, LFI, Sans étiquette, Génération Ecologie, PS, Liste du centre et de la droite, DVD, RN

 

PCF, LFI

NE SE PRONONCE PAS “Je pense qu'il est nécessaire d'interroger les habitants impactés par la pollution sonore / visuelle et environnementale afin de se prononcer.” Virginie Masson PCF Seine et Marne

OUI « La nuit, le bruit des avions est encore plus insupportable pour les habitant·es et les troubles du sommeil engendrent des pathologies diverses. L'économie ne doit pas primer sur la santé de la population. » Michèle Loup, EELV Val d’Oise

OUI « Favorables, à la condition qu’il ne se traduise pas par une intensification des vols au-dessus du Val d’Oise sur les autres plages horaires. » Liste du Centre et de la Droite Val d’Oise

OUI « Oui. L'absence de couvre-feu sur certains aéroports ne pourrait que conduire à une concentration du trafic. Il faut donc étendre ces mesures. » Philippe Métézeau, Sans étiquette Val d’Oise

 

Question 5 - Considérez-vous que le trafic des aéroports d’Ile-de France (Roissy et Orly) doit être conditionné à une trajectoire de réduction des gaz à effet de serre compatible avec l’Accord de Paris (scénario à 1,5°C) ?

 

Oui

Non

Ne se prononce pas

29/31

0/31

2/31

EELV, Génération.s, LFI, Sans étiquette, Génération Ecologie, PS, Liste du centre et de la droite, DVD, RN

 

PCF*, EELV

* 1 répondant qui indique qu’il ne comprend pas la question

 

OUI « Il est devenu plus qu’urgent de faire preuve de courage et de volonté politique sur ces questions. Sans fixer clairement des objectifs chiffrés, l‘espoir d’une amélioration est illusoire. » Loic Vidal, Génération.s Val d’Oise

OUI “C'est le trafic aérien dans son ensemble qui devrait être conditionné à une trajectoire de réduction des gaz à effet de serre. Pour un aéroport donné, c'est moins évident.” Pascal Bertolini, EELV Val d’Oise

OUI « Tout ce qui peut tendre à répondre aux enjeux climatiques doit être mis en œuvre en veillant à une application pragmatique, réaliste et non dogmatique. » Liste du Centre et de la Droite Val d’Oise

OUI « C’est une trajectoire qui devra s’imposer dans le temps, de façon réaliste mais clairement réaffirmée, planifiée et évaluée régulièrement. Ce type de mesure doit être coordonné au niveau européen et pays voisins (Grande Bretagne, Suisse...) » Philippe Métézeau, Sans étiquette Val d’Oise

OUI Béatrice Roullaud, RN Seine et Marne

 

Question 6 - Vous engagez-vous, une fois élu.e, à ce que le département influe activement pour la mise en place des mesures ci-dessus ?

 

Oui

Non

Ne se prononce pas

31/31

0/31

0/31

EELV, Génération.s, LFI, Sans étiquette, PCF, Génération Ecologie, PS, Liste du centre et de la droite, DVD, RN

  

 

OUI « Les types d'action possibles sont multiples et dans différents domaines. Cela passe par ne pas voir le développement de Roissy comme souhaitable, le faire savoir ; arrêter les subventions indirectes au transport aérien ; agir à tous les niveaux pour que le Kérosène soit soumis aux taxes comme les autres carburants afin d'arrêter de subventionner le transport aérien avec l'argent des contribuables, etc... » Michèle Loup, EELV Val d’Oise

OUI « Je serai une élue de combat. J'alerterai les pouvoirs publics avec tous les moyens que j'aurai, vidéos, témoignages, faits avérés. Mais j'irai aussi à la rencontre des personnes pour mettre en place des assemblées citoyennes afin de dégager des mesures locales à mettre en œuvre. La pédagogie envers les citoyen.n.e.s est importante. L’enjeu climatique doit être pris en main à tous les niveaux » Pamela Hocini, LFI Val d’Oise

OUI « Notre rôle est de faire pression de 2 manières : d'abord en demandant des compensations accrues aux nuisances actuelles, ensuite en posant clairement la question des limites au développement de Roissy. » Cédric Sabouret et Cécilia Toungsi-Simo, PS Val d’Oise

OUI “Nous nous engageons à agir au regard des intérêts de notre territoire et des valdoisiens. Cela passe par une capacité à mener notre transition écologique en considérant et conciliant les différents enjeux de nos territoires : écologie, attractivité, économie et emploi.” Liste du Centre et de la Droite Val d’Oise

OUI “Votre écriture inclusive me gêne, je préfèrerais qu'on utilise le Français pour communiquer.

Nous nous engageons uniquement sur les mesures auxquelles nous sommes favorables.”   Béatrice Roullaud, RN Seine et Marne

 

Question 7 : Vous engagez-vous à ce que le département / la région accompagne localement le secteur aérien et ses salarié.es dans le sens d’une transition écologique et sociale (diversification des activités hors aérien, sécurisation des emplois et aide à la reconversion des salariés) en parallèle du développement de technologies moins carbonées ?

 

Oui

Non

Ne se prononce pas

29/31

2/31

0/31

EELV, Génération.s, LFI, Sans étiquette, PCF, Génération Ecologie, Liste du centre et de la droite, DVD, RN

PS

 

 

OUI « Il est temps en effet de penser autrement le domaine du transport en général et du transport aérien en particulier pour l'avenir. Pour ce qui est de la sécurisation des emplois, de la reconversion des salariés et même des formations et qualifications à prévoir pour les futurs actifs, il est urgent de développer les métiers autour de la transition écologique (mobilités durables, énergies renouvelables, circuits courts pour toutes les productions, isolation des bâtiments ...). Mais tout cela demande un accompagnement personnalisé des salariés pour s'accorder au mieux avec leur projet de vie et la durée de leur carrière. » Célia Jousserand, EELV Val d’Oise

OUI « Oui, d'autant plus que les perspectives d’emplois annoncées par ADP étaient fausses. 1500 emplois ont été supprimés depuis l’ouverture du capital d’ADP, des milliers d’emplois sont toujours menacés. » Virginie Masson, PCF Seine et Marne

NON “Ce n'est pas le rôle du département” Cédric Sabouret et Cécilia Toungsi-Simo, PS Val d’Oise

OUI « Le principe même d’une transition réussie est l’accompagnement dans la durée. Réussir notre transition passe notamment par la création d’industries nouvelles, de métiers d’avenir, et l’accompagnement des populations, sur nos territoires, pour qu’elles en bénéficient tant que possible. » Liste du Centre et de la Droite Val d’Oise

OUI “Nous ne souhaitons pas impacter l'aviation de loisir, à laquelle nous sommes favorables, avec l'installation de silencieux d'échappement (exemple de Lognes-Emerainville).”  Béatrice Roullaud, RN Seine et Marne

 

Le mot de la fin

A la fin du questionnaire, les candidat.es étaient invité.es à s’exprimer librement sur le sujet. Voici une sélection de leurs réponses. Encore une fois, l’intégralité des contributions est disponible ici.

« La première chose à faire est de cesser de subventionner le transport aérien, en taxant normalement le kérosène. La seconde est d'organiser la production sur notre territoire de tout ce qui peut l'être et de taxer lourdement les produits importés qui sont une concurrence déloyale du fait de contraintes environnementales ou sociales moins fortes. De même pour les produits importés "hors saison". » François Delcombre, EELV Val d’Oise

« N'oublions pas que ce sont les personnes les plus aisées qui prennent l'avion le plus souvent. Il ne faut pas non plus que la diminution du trafic aérien porte préjudice à une grande partie de la population qui part peu à cause de leurs ressources modestes. Si nous souhaitons avoir une large partie de la population soutenant cette baisse du trafic nécessaire pour œuvrer contre le réchauffement climatique, nous devons collectivement entamer une réflexion sur ce point. » Guillaume Depresle, LFI Seine et Marne

 

« Il est très réducteur de devoir s’exprimer par écrit, et dans le cadre d’une campagne électorale sur un tel sujet. La nouvelle assemblée départementale devra être sollicitée pour se prononcer sur ses grandes orientations dans le domaine concerné, notamment le développement économique du val d’Oise qui doit bien sûr intégrer Roissy, mais aussi les autres bassins d’emplois (notamment Cergy et Argenteuil), sans oublier nos activités agricoles et touristiques. » Philippe Métézeau, Sans étiquette Val d’Oise

 

 

Nous remercions l’ensemble des répondants pour le temps consacré à cet exercice.

En voici la liste :

- François Delcombre

- Roumana Mouhamad

- Michèle Loup

- Loic Vidal

- Pamela Hocini

- Abdelkrim Bourakba

- Julien Foucou

- Virginie Masson

- Patricia Millot

- Sylvain Lacassagne

- Jérôme Durieux

- Marie-Françoise Darras

- Keyne Richard

- Philippe Métézeau

- Guillaume Depresle

- Célia Jousserand

- Thierry Merel

- Pascal Bertolini

- Sandra Philippe

- Cédric Sabouret

- Cécilia Toungsi-Simo

- Yann Jaouen

- Gauthier Guillon

- Eric Dumoulin

- Norman Noviant

- Linda Lavoix

- David Corceiro

- Sonia Liman

- Thierry Brun

- Béatrice Roullaud

- Didier Bernard

[1]  Impacts sanitaires du bruit des transports dans la zone dense de la région Ile-de-France, Bruitparif, février 2019

[2]  Interview vidéo d’Augustin de Romanet - Le Monde, extrait à 1h10

[3] Pétition contre une extension de Roissy

[4] Sondage réalisé par Réseau Action Climat

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter